L'OPCAIM, au service de la formation

Emploi dans l’aéronautique : HANVOL facilite l’insertion des personnes en situation de handicap grâce à la POEC

Créée le 16/01/2019 09:46:00

 

 

Pour répondre aux enjeux du recrutement de personnes en situation de handicap, le Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS) a créé HANVOL en 2010. Cette association a pour objectif d’accompagner des demandeurs d’emploi, reconnus travailleurs handicapés, à se former puis à intégrer des métiers sur lesquels la filière aéronautique recrute.

 

  • Des compétences difficiles à trouver

A l’origine de la création d’HANVOL, un constat : si les entreprises de la filière aéronautique reçoivent beaucoup de candidatures à leurs offres d’emploi, elles ont du mal à trouver les compétences dont elles ont besoin. « Nous recevions beaucoup de candidatures spontanées de personnes ne connaissant pas le secteur », explique Jean-Pierre Ramelet, délégué général d’HANVOL. Cette situation conduit le GIFAS à réfléchir aux solutions qui pourraient permettre un recrutement plus efficace. Il recueille les doléances de ses adhérents et entame une collaboration avec l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph).

 

Au sortir de ces échanges, il est décidé de créer une association dont la mission sera de faciliter l’insertion par la formation de personnes en situation de handicap et en recherche d’emploi. « L’idée était d’avoir un outil qui permette notamment de faire du sourcing et de sélectionner des candidats pour le compte des entreprises de l’aéronautique », détaille M. Ramelet. Pour cela, l’association travaille en partenariat avec Pôle Emploi, Cap Emploi, l’Education Nationale… Les profils retenus peuvent aller du CAP au diplôme d’ingénieur, sachant qu’HANVOL est spécialisé dans les métiers techniques.

 

  • Une préparation à l’embauche

Originalité : les candidats ne postulent pas sur un métier en particulier. A l’issue d’un premier entretien, ils sont orientés par les conseillers d’HANVOL vers un métier correspondant le plus à leurs compétences. « La plus-value d’HANVOL est d’amener les gens vers un projet de métier », poursuit M. Ramelet. « On essaie de leur proposer celui qui nous paraît le plus adapté ». Il s’agit d’amener les personnes vers un métier qui sera compatible avec leur handicap. Lors de l’entretien, les recruteurs insistent prioritairement sur la motivation et le savoir-être, deux éléments jugés essentiels et demandés par les entreprises avant même les compétences transférables. Car ces compétences, les candidats sont justement là pour les parfaire ou les acquérir. C’est le rôle d’HANVOL d’accompagner les personnes vers la formation.

 

Cet accompagnement peut suivre deux axes en fonction du niveau de formation des candidats. Ceux possédant un niveau inférieur ou égal au bac suivent une préparation de dix semaines. Celle-ci consiste en une remise à niveau au travers d’un enseignement correspondant à la classe de seconde en mathématiques, physique, anglais technique, électronique. Les candidats ayant poursuivi leurs études au-delà du bac, sont considérés comme plus proches de l’emploi et reçoivent pour leur part un coaching individuel ainsi qu’un enseignement sur les métiers de l’aéronautique.

 

  • Une marche en phase avec les entreprises

Chaque période de recrutement s’étale sur un an. La phase de sélection débute en novembre, suivie par la session d’accompagnement ou de pré-formation de dix semaines, en mars. Toute la pédagogie dispensée lors de ces dix semaines est financée par l’OPCAIM. « Ce point est important car le dispositif de formation a un coût », souligne M. Ramelet. « La valeur ajoutée d’HANVOL et sa qualité passent par-là ». Les candidats visitent également les entreprises et sont formés aux spécificités des entretiens de recrutement dans l’aéronautique.

 

A l’issue de ce parcours, les candidats peuvent finalement présenter leurs candidatures. La démarche est alors classique, après envoi d’un CV et d’une lettre de motivation, l’entreprise retient ou non la candidature. L’avantage considérable pour les entreprises comme pour les demandeurs est que ces derniers sont préparés, ce qui simplifie la démarche pour les deux parties. Si le candidat est retenu, il est embauché ou débute un parcours de formation en entreprise. Ici encore, l’OPCAIM intervient pour monter les dossiers auprès des organismes de formation. En Ile-de-France par exemple, l’ADEFIM a accompagné le montage et le financement de Préparations Opérationnelles à l’Emploi Collectives (POEC), cofinancées par Pôle Emploi dans le cadre du PIC.

 

De six au départ, seize entreprises adhèrent désormais à HANVOL. Le bilan s’avère très positif. En 2017, sur 239 candidats sélectionnés, 137 ont obtenu un contrat de travail ou un contrat de formation. Travaillant essentiellement dans les régions à forte implantation aéronautique comme l’Aquitaine, l’Occitanie ou le Centre-Val-de-Loire, HANVOL entend poursuivre son action pour permettre une meilleure insertion professionnelle des personnes en situation de handicap.

 

Contacter HANVOL : cliquer ici

 

Retour