L'OPCAIM, au service de la formation

Dans l’aéronautique, une formation au service de la performance et de l’innovation avec le GIFAS

Créée le 06/06/2017 12:15:00

 

 

C’est une belle réussite pour la filière aéronautique. Le Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS), avec l’aide de l’OPCAIM, mène un projet fructueux d’amélioration de la performance. Lancé en 2014, « Performances industrielles » permet de répondre aux enjeux de formation des salariés de sous-traitants dans la filière aéronautique et spatiale.

 

  • Une démarche collective

 

Avec des carnets de commandes couvrant six à sept années de production, l’aéronautique est en bonne santé. Une phase de croissance bénéfique qui demande cependant d’être en capacité de suivre la montée en cadence associée. « Nous avions besoin de renforcer la performance industrielle de nos entreprises de la supply chain de façon à davantage accompagner les donneurs d’ordre dans ces évolutions », explique Jean-Michel Poulier, Directeur des affaires industrielles au GIFAS. Plus les volumes à produire sont lourds, plus il est important d’avoir une bonne ponctualité de livraison et une bonne qualité des produits livrés.

Un enjeu de performance, mais aussi un enjeu de développement des entreprises sur le territoire national. Les sous-traitants font en effet face à des problématiques de planification, de pilotage des flux, de résolution de problèmes qualité, de mise en place des routines de management et de formation du management opérationnel.

Face à ce contexte, le GIFAS a lancé le programme « Performances industrielles ». Une première phase s’est déroulée sur la période 2014-2016. La deuxième débute cette année. La première phase a concerné 401 entreprises et 69 donneurs d’ordres. Conséquent, le programme est rythmé par une méthode de travail claire : un donneur d’ordres réunit autour de lui cinq à sept PME et ETI pour travailler de manière collective et collaborative à l’amélioration de la performance. « Dans notre activité », rappelle M. Poulier, « la performance d’un sous-traitant dépend pour une large part de la qualité de la relation qu’il entretient avec son donneur d’ordres ».

 

  • Un dispositif complet

 

Lors de cette première phase, plusieurs acteurs ont été réunis par « grappes ». L’association SPACE (Supply Chain Progress towards Aerospace Community Excellence) a identifié les sous-traitants concernés par ces problématiques puis a défini un plan de formation des salariés. L’OPCAIM et les ADEFIM ont participé au financement de ces opérations, en mobilisant notamment le volet Mutations économiques du FPSPP. 5 000 jours de formation, soit plus de 10 jours par PME, ont été réalisés par les AFPI, grâce à l’implication des UIMM territoriales concernées..

« Une des raisons du succès tient au fait que les entreprises ont vu que nous leur apportions non seulement des actions, mais aussi une connaissance complète des outils mis à disposition de la filière dans le domaine de la performance industrielle », considère M. Poulier. Quatre formations standards étaient proposées, portant sur la méthodologie de la formation, la gestion du changement, la planification et le pilotage des flux. Certaines entreprises ayant demandé à suivre un module concernant la gestion de la qualité et l’amélioration des produits, de telles formations ont par la suite été lancées.

A l’issue de ce programme, l’amélioration de la performance a en moyenne augmenté de 50% en termes de qualité et de délais. L’approche régionale a permis de faire travailler des acteurs locaux. La complémentarité de ce qui est fait au niveau individuel dans chacune des PME et du volet formation collective leur a donné la possibilité de sortir de leur environnement. Au travers de la formation, les entreprises ont eu l’opportunité d’échanger entre elles sur leurs problématiques communes et sur leurs pratiques. Au-delà de la formation en elle-même, le projet a ainsi eu pour effet de créer de la synergie entre les acteurs. « Les échanges se sont révélés très riches, toutes les entreprises ont trouvé cela bénéfique », relève M. Poulier.

 

Fort de ce succès, le GIFAS entend poursuivre dans cette voie cette année. La phase 2 engage 300 entreprises réunies autour de 50 donneurs d’ordre. Se voulant plus complet encore que celui de la première phase, le nouveau dispositif fait la part belle à l’accompagnement individuel. Il renforce son volet formation en adjoignant trois modules supplémentaires aux quatre blocs initiaux.

 

  • Pour plus d’information sur le groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales : https://www.gifas.asso.fr/

 

Retour