L'OPCAIM, au service de la formation

Pour faire évoluer votre parcours professionnel ou pour optimiser vos chances de trouver un emploi, plusieurs dispositifs vous permettent de développer vos compétences. La loi sur la formation professionnelle  du 5 mars 2014 a inventé  le « Compte personnel de formation » qui remplace le Droit individuel à la formation et donne à chacun le loisir de gérer son parcours comme il le souhaite. Ces rubriques sont à votre disposition pour vous informer et bénéficier de ces dispositifs.

Le compte personnel de formation (CPF) est un droit universel qui permet à chacun de gérer son évolution professionnelle tout au long de la vie active et jusqu'à la retraite. Il remplace le droit individuel à la formation (DIF) à partir du 1er janvier 2015 et permet, comme lui, de cumuler des heures destinées à la formation. Le CPF permet de capitaliser 24 heures par an jusqu’à 120 heures, puis 12 heures par an jusqu’à la limite de 150 heures au total (pour un CDI à temps plein ou au prorata pour un temps partiel).

Parce que les droits acquis au titre du CPF sont attachés à la personne, les heures de formation inscrites sur le compte demeurent acquises en cas de changement de situation professionnelle ou de perte d'emploi de son bénéficiaire. Les heures non consommées au titre du DIF au 31 décembre 2014 pourront être mobilisées dans le cadre du nouveau compte jusqu’au 30 décembre 2020.

Qui est concerné ?

Le compte personnel de formation concerne toutes les personnes de 16 ans et plus, engagées dans la vie active, quel que soit leur statut (salariés du privé, personnes inscrites à Pôle emploi, jeunes sortis du système scolaire obligatoire et en recherche d’emploi).

Par dérogation, un compte personnel de formation est également ouvert dès l’âge de quinze ans pour un jeune qui signe un contrat d’apprentissage.

Comment l’utiliser ?

C’est le salarié qui prend l’initiative d’utiliser son compte personnel de formation afin de concrétiser son projet. Il ne peut en aucun cas être débité sans l'accord exprès de son titulaire.

Si la formation se déroule hors du temps de travail, ou si elle vise l’acquisition du socle de connaissances et de compétences, le salarié n’a pas besoin de l’autorisation de l’employeur.

Si la formation est suivie en tout ou partie pendant le temps de travail, le salarié doit recueillir l’accord préalable de l’employeur.

 

Les formations éligibles sont :

 

  • L’acquisition d’un socle de connaissances et de compétences ;
  • L’accompagnement à la validation des acquis de l’expérience (VAE) ;
  • Les formations qualifiantes, déterminées par les conseils régionaux, les partenaires sociaux et les branches professionnelles sous forme de listes ;
  • Le Bilan de compétence ;
  • Le permis B.

 

En savoir plus sur le compte personnel de formation grâce au site du ministère de l’Emploi.

 

Voir les listes des formations éligibles ici.

 

A TELECHARGER